Gigantic Inspirational Wednesday.

Que faites vous lorsque vous sentez l’approche du fameux vendredi, soirée pleine de promesses? Certains cherchent la premiere boite venue histoire de se libérer au rythme de sons festifs, d’autres décident de dormir, et ensuite il y a ceux qui cherchent un juste milieu. Un milieu loin d’etre ennuyant surtout dans une ville comme Montréal qui offre des soirées mixant culture, découverte et joie de vivre. Si vous etiez de la partie au Matahari Loft le vendredi 27 novembre, il serait plus facile pour vous de comprendre la logique.

Processed with VSCOcam with f2 preset

Dans un monde dans lequel les domaines s’intercroisent de plus en plus, il est évident que nos soirées le deviennent aussi. L’association de HEC Montréal, Expression a organisé un évènement qui permettait a plusieurs artistes d’exprimer le processus de leur art et par conséquent, exposer les travaux finaux. Un fin mélange de street art, peinture, photographie et bien évidemment le groove provenant de vinyls. L’espace du loft est spaciaux et dès l’entrée nous sommes attirés par de diverses installations. Les cinq artistes présents nous présentaient des visions variées sur l’art à travers leurs ateliers. John Lanthier, Andreanne Carpentier, Thomas Louis Jacques, Josk et Francois Boisanté sont plutot axés sur l’art pictural et quelque peu proche du graffiti. Mais un graffiti de grand luxe. Josk et Thomas Louis Jacques semblent plus inspirés du monde des comics notemment par la création de personnage cartoonesques et l’explosion de couleurs vives qui ressort de leur travail. Andreanne Carpentier est plus minimaliste dans le sens ou ses oeuvres adorables sont structurées de fines lignes et souvent mises en noir & blanc. Son compte instagram présente des images du monde réel sur lesquelles elle s’amuse à dessiner des petites figures charmantes qui rendent ces instants poétiques à souhait.

tumblr_nhefptENZq1tj480qo6_1280hiver

http://ndcarp.com/

Ensuite, on a pu retrouver John Lanthier est un personnage original dont le travail est quasi-psychédélique et inspirant le trip intellectuel. Ses canvas, à l’origine blancs, deviennent la symbolique de sa créativité car chaque petit espace est transformé.

http://www.johnlanthierart.com/

On retrouve un peu cette vision dans le travail de Francois Boisanté. Je me souviens de Francois, encore nouveau venu en terminale. Spécial, non-conformiste et surtout trèèès talentueux. Il transportait ses petit croquis dans un cahier à papier de qualité et souvent semblait perdre le fil de ce qui était dit en cours pour laisser place à son imagination. Trois ans plus tard, le voici qui expose et explique ses oeuvres à des étudiants intrigués par ce qui est présenté à eux. Il me semble que son approche a évolué ces dernières années. Francois Boisanté semble mieux dans ses baskets et a pris de l’assurance dans ce qu’il fait. Tout d’abord il s’aventure dans le numérique. Il m’explique qu’il a tenté photoshop, pour voir l’impact de la technologie sur son travail initial: “le processus est innovant car la technologie comme en musique moderne l’oscillateur deforme les ondes vibratoires”! Ainsi, l’artiste n’est plus que créateur mais aussi scientifique, poussant et expérimentant avec les limites de l’art. Du beau travail, coloré, significatif et stimulant. En m’approchant de l’oeuvre, je ne faisait que de me répéter, ainsi qu’a son amie, que ce travail ressemblait fortement à du Riopelle, mais en plus contemporain, mettons nous d’accord!

crédit: Muriel Bentolila & Francois Boisanté.

adé.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s